Low Cost Art

Traduction philosophique de l’ancien testament.

Je joins un lien ici poésie S.M.S.

poésie animée

Pour ceux qui arrivent ici en les cherchant…

4 conférence à l'Etuve

Traduction philosophique de l’ancien testament

À la lumière de la tradition juive

Le conférencier : De son surnom, Braloup, est né en septembre 1978. Dés son plus jeune âge, il nourrit une passion sans bornes en vers les contes, légendes et mythes fondateurs. Dans une recherche éperdue de réponses, il donna de nombreux maux de crâne à ce curé aux côtés duquel il fût enfant de cœur deux ans durant. Il connut ensuite une longue errance spirituelle qui le conduisit à prendre connaissance de toutes les croyances, de tous les contes, mythes qu’il rencontrait. Glouton insatiable cherchant à se tisser le patchwork des vérités que toutes ces traditions avaient en commun.

Cette boulimie ne trouva sa rédemption que lorsqu’il eut la certitude que l’histoire lui avait volé une partie de sa vie, ses racines, sa culture. Il était Juif, pas techniquement, ne répondant pas aux normes religieuses, mais dans son patrimoine génétique culturel. Ce qui lui permit de bien mieux se comprendre.

Dix ans d’étude et de recherche qu’il désire partager avec vous. En quoi ce texte à l’apparence poussiéreuse peut-il être à proprement parler un outil concret pour construire le changement en soi.

4 Conférences : Rendez-vous à été pris avec l’Étuve, quatre dates pour quatre conférences. Elles sont tout aussi interdépendantes les unes par rapport aux autres qu’elles sont indépendantes. Chaque sujet abordé est un univers en soi, je vous parlerai d’un mot, d’une histoire, de leurs différentes traductions, des manières dont ils peuvent être compris,… Mais, tout système est régi par des règles, une vision du monde teintée par la culture. La première de ces quatre présentations aura pour thème un seul mot, le premier de la genèse, qui m’aidera à vous faire pénétrer dans la dimension philosophique au travers du filtre de la tradition juive. Mais si vous ne pouvez pas y assister, vous pourrez vous rendre aussi aisément à n’importe qu’elle autre, tout sera expliqué. Le but étant d’être tout public, nous éviterons les discussions de haute voltige qui peuvent pour certains être perçues comme pompeuses. L’idée étant d’être concret, pratique et compris.

1° Au commencement/Dans le principe/En tête

Le premier mot de la bible est souvent traduit par « Au commencement », je trouve cette version peu satisfaisante et préfère le traduire par « Dans le principe ». Il s’agit de principes, de fondement, soyons concret, d’un mode d’emplois. Ma traduction serai plus franche, « Voici le mode d’emploi du fonctionnement de l’âme humaine quelle qu’elle soit. J’emprunte quelques raccourcis pour en arriver là, bien sûr, et tout l’intérêt de la conférence est de vous emmener dans un voyage ou nous suivrons ensemble le chemin me guidant vers cette affirmation.

Je porte à votre connaissance que ce mot est le plus commenté de la tradition Juive. Il contient toute là Torah (les cinq premiers livres de l’ancien testament), six lettres contenant à elle seules tout un aussi long texte, comment cela est-il possible ? C’est ce que nous verrons. Une promenade dans les mots, les histoires, les contes, les idées… Un grand étalage dans lequel chacun sera libre de prendre ou de laisser là tout ce qui lui sera présenté.

Suivez le lien pour trouver le texte de la conférence….

https://braloup.wordpress.com/2009/12/19/dans-le-principe-17-12-2009/

2° Le péché originel/La chute

Je n’ai jamais très bien compris la traduction faite, lorsque je lis le texte en hébreu, je lis la chute.

La chute sera le thème, « pour en finir avec la pomme » pourrait en être le sous titre, la tradition juive ne connait pas le mot péché, elle traduit cette notion par « manquer la cible », « se tromper », et décharge donc ce concept de la lourdeur de la culpabilité. Notre culture chrétienne fait porter un lourd poids de culpabilité sur les femmes. Il y a très longtemps qu’il est su que ce passage biblique revêt une autre profondeur que celle communément admise chez nous.

Ce voyage-ci vous invitera à prendre conscience que le mythe de la chute n’est en rien discriminant quant au caractère sexuel du sujet visé. Il s’agit des prémices de ce que nous connaissons de nos jours sous le nom de psychanalyse. Penchons-nous sur cette histoire en lui appliquant le filtre communément utilisé pour interpréter les contes. Imaginons que tous ces personnages n’en forment qu’un, qu’ils sont les facettes d’une même personnalité. Que pourrions-nous comprendre de cette histoire ? C’est ce que vous découvrirez au cours de cette seconde conférence.

3° Le sacrifice d’Isaac/La ligature d’Isaac

Si le sacrifice s’était avéré avoir eu lieu, j’aurais compris la traduction faite habituellement. Mais voilà, le texte dit qu’Isaac a été attaché, la traduction littérale est «  La ligature d’Isaac ». Qu’est-ce que ça change diront certain ? Dans le souvenir inconscient du peuple Juif, on se souvient qu’il fût attaché. Dans le souvenir inconscient de la culture chrétienne, on retient qu’il y a eu sacrifice.

Au-delà de l’interdit donné ici de manière évidente, tu ne feras pas de sacrifice humain, que signifie ce conte, cette histoire ? Pour le découvrir, je vous proposerai de vous pencher plus avant sur l’histoire de ce couple, Avram et Saraï. Les traductions courantes, l’érudition héritée des cours de catéchisme,… Nous font nous rappeler, ou pas, que c’est l’histoire d’une femme stérile, Sarah, et du père de trois monothéismes, Abraham. Ils eurent un enfant tard dans leurs vies… Tout un programme, un voyage sur le thème de l’union, de l’enfantement, du rêve, et de la compréhension de nous même.

4° Les lettres hébraïques des énergies vivantes

Après avoir déjà tant voyagé dans les méandres de toutes ces histoires, nous avons survolé un bon nombre de fois ce matériau façonnant le texte, l’alphabet. Prenons aujourd’hui un peu de temps pour nous consacrer aux lettres. Chacune représente un univers en soi, fait d’enseignements et de sagesse qui demande à être entendues.

Elles font l’édifice et elles sont l’édifice. Elles sont vibration, la résonance du secret déposé en leur sein. Nous les survolerons, nous nous arrêterons sur l’une ou l’autre, arbitrairement. Toutes les observer de près demanderait deux jours entiers, elles sont au nombre de 28. C’est une occasion de pénétrer plus encore l’aspect philosophique de tout ce qui aura été présenté, une excuse pour s’interroger chacun individuellement quant au reflet de nous même auquel nous renvoie cette présentation de ce qu’elles sont réellement : une balise pour ceux qui cherchent à se construire.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.